Joséphine Goube, CEO de Techfugees

L’accueil des réfugiés est un sujet sensible et si certains acteurs politiques cherchent à esquiver la question, des initiatives citoyennes ont pris le devant pour l’intégration des immigrés. 

Parmi elles, Techfugees, organisation à but non-lucratif, qui depuis 2015 vise à sensibiliser la communauté Tech à la question des réfugiés. 

Techfugees : la technologie au service des réfugiés  

En tant qu’ONG, Techfugees a pour rôle de créer des connexions entre les réfugiés et les entreprises du secteur technologique.

Pour la jeune dirigeante, «La technologie est un outil, ce n’est pas la solution» pour résoudre la question des réfugiés, et elle insiste sur la nécessité qu’ont les pouvoirs publics de prendre part à cette problématique majeure. Basée à Londres, l’organisation a organisé les 25 et 26 octobre dernier le Techfugees Global Summit à Paris au sein de la Station F. Dans le cadre de ces deux journées, différents thèmes ont été abordés, notamment la question de l’innovation dans le secteur humanitaire ou l’impact des réseaux sociaux dans la collecte de données sur les réfugiés.

À 29 ans, Joséphine Goube peut être fière du chemin parcouru. Soutenue par l’association StartHer et lauréate du prix « Margaret », décerné par la Journée de la Femme Digitale en 2017, la jeune femme est également apparue dans la liste des 30 under 30 de Forbes en 2016 et 2017 pour son engagement social. 

Pour en savoir plus sur l’ONG, vous pouvez visiter le site internet ici.

La Journée de la Femme Digitale se tiendra cette année le 17 avril 2018, vous trouverez plus d’information ici.

L’association StartHer organise un Hackathon les 5 et 6 mars prochain. Plus de renseignement ici sur l’évènement.