Rendre la mode plus consciente, un challenge pour notre société 1/2

En ce mercredi après-midi je profite de mon retour de Berlin pour vous parler d’un sujet qu’on ne cache plus : l’impact de l’industrie textile sur l’environnement. Un sujet bien épineux dont le réveil brutal a eu lieu lors de l’effondrement de Rana Plaza au Bangladesh le 24 avril 2013. Depuis cette journée tragique, nombreuses sont les voix qui se sont élevées pour plus de transparence dans cette industrie très opaque. À côté de l’impact social qui reste une réelle problématique, il y a aussi le désastre environnemental qui semble aujourd’hui à un point de non retour.

Parce qu’il en aura fallu des années pour que cette conscience écologique devienne un sujet majeur dans une industrie qui pèse près de 13,4 milliards de chiffre d’affaires et plus de 60 000 emplois en France. Les chiffres au niveau mondial sont effarant, l’industrie représente un marché de 1700 milliards de dollars en 2017 et est en croissance de +4% en moyenne.

source : La Presse.ca

source : La Presse.ca

source : Ressources et Environnement

source : Ressources et Environnement

source : Le Monde

source : Le Monde

Vous me direz, “chouette ça se porte plutôt pas mal comme secteur” … Pas mal si on oublie les impacts de cette frénésie de production de vêtements et l’impact que cela a sur notre environnement. Mais comment fermer les yeux sur ces impacts ? Certes ces derniers ne nous touche pas directement en France, car ce n’est pas nos ruisseaux et rivières qui sont pollués par les rejets des usines, mais savez-vous qu’en Chine 70% des cours d’eau le sont à cause de produits chimiques utilisés pour la confection de vos vêtements ? Est-il encore nécessaire de parler de l’importance de l’eau ? Il semblerait que pendant très longtemps nous avons favorisé une économie basée sur une production de masse au détriment de la ressource la plus élémentaire de notre planète : l’eau. Mais l’ampleur de cette contamination n’est pas limitée à la Chine, elle est devenue un problème majeur pour tous les pays et les organismes vivants. L’industrie la plus polluante au monde est celle du pétrole, mais l’industrie textile arrive seconde avec près de 1,2 milliards de tonne de carbone rejeté dans l’air… soit l’équivalent du traffic maritime et aérien réunis… Vous n’allez plus regarder vos placards de la même façon à présent.

Face à ce constat, que peux-t-on faire ?

Il est vrai qu’en étant un simple consommateur, on ne se pose pas beaucoup de questions à l’heure d’aller faire du shopping. En général il s’agit d’un moment de plaisir que l’on peut partager entre amis, famille ou même seul. Cependant aujourd'hui, il devient important de prendre conscience des impacts qu’ont notre façon d’acheter nos vêtements comme il est (re)-devenu naturel de vérifier les informations sur les étiquettes lors de nos courses alimentaires.

Nombreuses sont aujourd’hui les façons de s’informer sur les marques qui s’engagent pour plus de transparence dans leur méthode de production. Nombreuses, mais difficilement accessibles car cachées par les puissants acteurs de la “fast-fashion”, ces voix se sont élevées pour ne plus tenir les consommateurs dans l’ignorance d’une industrie où le rêve s’est dissipé.

Parmi ces voix qui viennent nous éclairer pour des achats plus “justes” on pourra citer Fashion Revolution, principale organisation née à la suite du drame du Raza Plana et instauratrice du célèbre #whomademyclothes. En France nous avons la chance d’avoir une antenne nationale de cette organisation mais aussi SloWeAre, une plateforme collaborative qui regroupe un annuaire de marques éthiques. Et rassurer-vous, en peu de temps le paysage de la mode éthique à complètement changé, et il est désormais possible de trouver des marques responsables dans tous les styles vestimentaires.

L’information est la clé pour une meilleure consommation, nous avons la chance de vivre à l’heure du numérique où une grande quantité d’information circule sur internet ! Il faut en profiter, mais attention à bien vérifier ses sources 😉.

SloWeAre

SloWeAre

Fashion Revolution

Fashion Revolution

Les bon gestes à adopter pour une consommation raisonnée

1/ Trier sa garde robe : pleine, archi-pleine, selon une récente étude, on ne porterait que 30% de ce que nous avons dans nos placards. Il est temps de faire le ménage, c’est presque le printemps (oui oui☺️, ça va arriver vite!)

2/ Donner, vendre, échanger : le concept même d’économie circulaire ! Ne pas jeter ce que vous ne voulez plus porter, mais le proposer à votre entourage ou sur internet, il existe de nombreux sites et applications pour revendre ses vieux vêtements (parfois neufs!)

3/ Acheter d’occasion : ces mêmes plateformes regorgent de pépites comme celles que vous avez laissées. Souvent contrôlées, comme chez VideDressing ou VestiaireCollective, l’expérience d’achat est équivalente aux enseignes traditionnelles.

Vous avez besoin d’un moyen mnémotechnique ? Adopter la méthode BISOU avant d’acheter, 5 questions à vous poser et qui vous amèneront sur le chemin de la raison ! 😉 : Besoin, Immédiateté, Semblable, Origine, Utile

annie-spratt-130809-unsplash.jpg

Il y a encore tellement de choses à lire et à écrire sur nos comportement d’achat en matière de vêtements et aussi sur la façon dont cette industrie a évolué ces 30 dernières années. Si le sujet vous intéresse vous pouvez consultez de nombreuses publications sur internet dont :

Fondation Ellen MACARTHUR pour l’accélération vers une économie circulaire

Destination Zero une campagne lancée par Greenpeace pour “detoxifier” l’industrie textile

Les Dessous Toxiques de la Mode une analyse de Greenpeace en français

Et de nombreux blog et magazine traitent ce sujet d’actualité qui mérite plus qu’une simple attention.