Rencontre avec Mathilde, co-fondatrice d'Olly Lingerie

J’ai découvert Olly en faisant des recherches sur les sous-vêtements en coton bio. Parce que oui, des T-Shirt, il y en a des masses sur le marché. Mais si vous cherchez une petite culotte, simple, mais pas trop non plus, et bien figurez-vous que là, la quête s’avère plus complexe !

 
Amazone 2.jpg

Alors quand je suis tombée sur Olly ! Tout de suite, j’ai trouvé l’idée lumineuse : enfin des sous-vêtements en coton bio et accessibles ! J’ai poussé mes recherches un peu plus loin et je suis allée jusqu’à contacter les deux fondatrices de ce projet. Mathilde a eu la gentillesse de m’accorder de son temps pour me parler un peu plus de la marque et de leur parcours.

 

Bonjour Mathilde, peux-tu nous en dire un peu plus sur la façon dont vous avez créé Olly ?

Casamance.jpg

Olly est née lors d’un semestre d’échange universitaire à Berlin. Nous devions monter un projet dans le cadre de notre cours d’entreprenariat et au même moment nous nous sommes rendu compte qu’il était compliqué de trouver des jolies culottes en coton bio. Nous avons alors choisi de développer l’idée d’une marque de lingerie « éthique et esthétique », un créneau peu concurrencé sur le marché. 

Six mois après la fin des cours, nous avons décidé de lancer ce projet pour de bon : dépôt de la marque à l’INPI, recherche de fournisseurs et création de la société. Les premiers mois ont été très intenses, surtout que nous avons également lancé une campagne de crowdfunding ! 

Beaucoup de marques ont recours à une campagne de crowdfunding lorsqu’elles lancent une marque, cela était-il un passage obligé pour vous ?

Ulule est un moyen de tester son concept et permet de se faire connaitre, nous avons fait une très bonne campagne avec un objectif atteint à hauteur de 227% ce qui nous a rassuré pour le lancement de la première collection. Certes, il y a beaucoup d’euphorie lorsque l’on lance une campagne de crowdfunding, mais c’est aussi une période intense, car on confronte notre concept à un public très large. C’était un vrai test et une belle opportunité pour nous, mais on peut bien sûr se lancer sans crowdfunding ! 

 

En cette rentrée, peux-tu nous parler des projets à venir pour Olly ? 

 

Un nouveau modèle va sortir en deux coloris au cours du mois de septembre, et nous travaillons sur des soutien-gorge assortis à nos culottes. Nou souhaitons poursuivre le développement de la marque en proposant des sous-vêtement bio pour pour la famille. Et puis nous cherchons à accroître le nombre de points de vente où nous sommes distribués afin qu’Olly soit accessible au plus grand nombre ! 

 

Aujourd’hui Olly est distribué via la boutique en ligne, mais aussi chez des revendeurs, vous pouvez retrouvez la liste ici

Tous les modèles sont confectionnés en Europe