Demain, des maisons en roseau ? Le pari fou de Rizhome

En ce vendredi, j’avais envie de vous parler architecture, matériaux et développement durable. Parce que sur SmartxHer on ne parle pas que de dessous (cf ici et !), non on aborde tous les sujets aussi sérieux qu’ils soient ! Et grâce au concours Écovisionnaires créé par Femmes de Bretagne (lire ici ou ), j’ai approfondi mes recherches sur Rizhome. Une société qui utilise le roseau pour fabriquer des maison ! Étonnant et improbable, n’est-ce pas ? Je vous en raconte un peu plus 😌

 

Un matériau aux multiples vertus 

Mireille Avril, ingénieure de formation, connait bien les roselières, à vrai dire elles sont un peu partout dans le Morbihan, où cette plante résiste très bien aux averses et aux vents récurrents dans la région (😏). Traditionnellement utilisé dans les toits de chaume, l’ingénieure a eu l’idée d’élargir l’utilisation du roseau pour l’utiliser comme isolant extérieur et en coffrage. Euh … le coffrage pour ceux et celles qui l’ignore (je m’y inclus) est une structure temporaire dans laquelle le béton est coulé.  Mais alors pourquoi utiliser du roseau ? 

J’y viens, j’y viens ! ☺️

Premièrement, le roseau a un rôle important dans la filtration de l’eau qui se jette dans la mer ou les rivières, ce qui est un enjeu important dans une région où les nitrates sont source de pollution. Ensuite, il faut savoir que les roselière poussent très vite, un an pour un roseau contre 30 à 40 ans pour  un arbre, et sans engrais chimique. Enfin, je l’ai déjà mentionné précédemmentment mais la résistance au climat des roselières est un avantage certains dans une région où les vents peuvent être violents.

maison-roseau.png

Un test grandeur nature 

En partenariat avec l’Université de Bretagne-Sud, Mireille Avril, a développé un prototype de cette maison éco-construite. Un résultat gagnant puisque la maison a été vendue et qu’une autre est en cours de construction en Loire Atlantique. Près de 5 tonnes de roseau sont nécessaires pour la construction d’une maison de 130m2 avec une durée de vie de 80 ans pour la partie extérieure. Une maison 100% éco-construite où les maisons « ne produisent aucun déchet et possèdent une haute performance énergétique, qui en font presque des maisons passives », indique la créatrice.


Une filière à construire

Après un test réussi, la Vannetaise souhaite créer une filière complète allant de l’identification des roselières à la mise en place de formation dédiée pour cette activité. Un projet qui a retenu l’attention de la Région Bretagne puisque, Rizhome bénéficie d’un accompagnement technique et financier pour une période de 18 mois. Prochain objectif : convaincre des architectes et promoteurs immobiliers d’utiliser le roseau comme matériau pour des nouvelles constructions.

Un beau projet à suivre de très près !